Certains Matins (Editions l’enfance des arbres, 2018) est un très beau recueil d’art où s’unissent, se reflètent, se parlent et se font mutuellement écho gravures et poèmes.

 

En page de droite, les 52 gravures offrent à nos yeux un riche échantillon du « savoir-faire » de l’artiste, tandis qu’en page de gauche, les 52 poèmes en prose invitent le lecteur à cheminer le long des sillons en plis et en replis, en creux et en relief qui surgissent de la matière et prennent forme sous la main de l’artiste graveur, M.-F. Hachet-de Salins.

 

Dévoilement, révélation, naissance… Et par une sobre et sage maïeutique accompagnant la création artistique, l’objet gravé « s’anime » et vit.

 

Le lecteur est convié à participer à la naissance de l’art. Il saisit, à travers les poèmes, l’acte laborieux et solitaire du graveur, dont chacun des gestes travaille à libérer la vie de la matière, à faire jaillir du dur métal, comme du souple tissu, l’œuvre vivante chaque fois nouvelle, toujours unique dans son identité gravée.

 

Par une double maïeutique – celle de la main gravant et celle de la voix participant de concert à la naissance de l’objet –, la matière ou le métal cède enfin le passage à la création nouvelle, en fait jaillir l’âme et la vie.

 

Tandis que le travail de la main guide la naissance de l’objet d’art, la voix – sobre et mesurée – rythme le cheminement de la pensée de l’artiste comme créateur d’univers.

La pensée de l’artiste, comme le métal qu’elle travaille, se cherche, se forge, murit, étincelle et s’élance – sûre et ferme – comme son geste de graveur.

 

Le recueil Certains Matins, en tant que « gravures-poèmes », se fait don et partage de l’acte de CRÉER.

Le recueil Certains Matins, comme « poèmes gravés par l’artiste », se fait invitation et guide spirituel à la MÉDITATION.

Mme G.-D. de Salins, Professeur Honoraire des Universités

Certains Matins image