Travaux Croisés entre le graveur et l'écrivain

Avec Jean Lavoué, Juin 2007

« Une seule parole me suffit : ton nom murmuré, ta présence sans cesse à mes lèvres. J’ai attendu de longues années avant d’entrevoir cette simplicité qui m’appelait. Longue traversée vers l’éveil, et puis, un jour, cette musique née du dedans ,ce chant jailli de l’intérieur : Cantate de l’Aube ! «  Extrait du livre de Jean Lavoué LE CHRIST AUX SILENCES.

Le Christ aux Silences

La première de couverture est illustrée par le graveur : Marie-Françoise Hachet – de Salins

Né en 1955, Jean Lavoué dirige une association d’action sociale en Bretagne. Conduit à l’écriture par la rencontre et l’œuvre de Jean Sullivan, il est l’auteur de récits, de recueils poétiques, d’essais.

Soleil des Grèves – Calligrammes Quimper 1996

Jean Sullivan, je vous écris – Desclée de Brower 2000

Eduquer avec les parents – L’Harmattan, Paris 2000

Perros, Bretagne Fraternelle – Siloë, L’Ancolie, Nantes 2004

La demande de justice en protection de l’enfance – L’Harmattan, Paris 2004

Pélerin du Seuil – La Porte, Laon 2005

Dans l’éclat de l’instant - Petite Bibliothèque de Spiritualité, Labor et Fides 2005

Le Christ aux Silences, Editions Anne Sigier, Québec 2007

 

Mélancolie Paint

 

 

 

 

 

 

 

Mélancolie

Papillon d’humeur noire, Kronos croquant le temps
Emprise au joug de la puissance du bourdon
Au son d’une lame de fond, vague à l’âme
Tu prends la barque du soleil, arche d’alliance
Afin de rejoindre Saturnalia, l’île des Bienheureux.

Jeanne de C.

Jeanne de C. Ecrivain, Auteur de « Pô d’Ame » aux Editions de l’Arbre Enchanté ( 2008 )

 

Monde Invisible Paint

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet Invisible, non perçu par nos sens ni même par notre chair, ces vibrations, ce courant d’amour universel qui nous transperce, nous traverse, ou qui, comme la lumière les choses, nous contourne en nous laissant seuls, abandonnés.

Ce Dieu inconnu, si souvent perdu de vue et soudain redécouvert en nous, comme par surprise, jaillissant du fond de notre cœur comme une fontaine, ouvrant nos yeux morts sur nous-mêmes, sur vous en moi, sur moi en vous, sur cet Esprit qui nous relie les uns aux autres.

Cette transcendance à laquelle je ne crois parfois plus, je la découvre tout à coup dans une main tendue, un regard attentif et une parole qui sait se taire. Cet Invisible qui pour me trouver, sait se rendre visible, se mettre à la portée de mes pauvres sens dans ma pauvre vie délimitée dans le temps et l’espace.

Cet Invisible qui n’est visible que dans l’Amour et la Beauté.

 

Robert Notonboom ,Ecrivain, auteur de « Du Silence à l’Eveil » Editions Librairie – Galerie Racine – 2009

 

I Mystérieuse Espérance PAINT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Mystérieuse Espérance (eau-forte)

I

 

La nuit tisse sa trame sur la brûlure des jours. Le chant partout visible a traversé la toile vers la marque des clous sculptés dans la Lumière. L’oiseau s’est engouffré comme un danseur qu’on ne voit pas.

 

Je vois des renoncules et des clairières d’or. Pourtant la face est là et le sang, les épines. Peut-être est-ce à l’Icône de dire son pourquoi : comment tant de douleur soudain se précipite ?

 

Tous les pigments du ciel recueillis dans nos mains cèleront dans l’azur la blessure des couchants. Je renonce à tout dire puisque le coeur écoute ce bruissement de fête d’un espace en déroute.

 

Sais-tu tous les trésors que je porte avec moi : cette croix divisant tout l’espace de ta toile. Arrime tes couleurs aux sarments de ma joie. Je peindrai mon poème sur les flancs de ta vigne.

 

Je resterai visage entre le ciel et toi. Carrefour du silence, mon orante promise . Comme coiffes dressées de blanches mouettes suppliantes, l’ange te couvrira de son aile triomphante.

 

II

 

Traces, ce chemin , est-il de neige ou d’ombre, s’approchant au plus près du pas qui retentit ? Là où l’allée frémit de ses mots retenus. Mais la voie est certaine et le coeur qui s’écoule : est-ce qu’en négatif quelques gouttes de sang traceraient sur la toile la même incandescence ?

 

On entend sourdement battre le feu du jour sous les paupières à vif. Mais la présence est là, veilleuse projetant sa flamme sur toute chair.

 

Vint un ange éclairant jusqu’aux moindres ténèbres, son cri doucement détaché sur le tranchant du soir. Comme voile claquant à l’aplomb de la nuit où l’océan rougit, matrice secouée en mal de naissance : échographie sublime où l’astre se réveille.

 

Fais un pas de côté. Vois l’instant vertical ! La colonne où s’efface le corps absent dans la Lumière.

 

Il reste des calvaires debout à l’appui du ciel . Mais qui contemple qui ? Où vibre le soleil détourné de sa face ? C’est au solstice d’Or qu’il faut s’agenouiller, qu’il faut saisir le sol au battement de soi.

 

C’est un jardin brûlant qui soigne nos blessures. Il nous faut regarder même si l’on ne voit pas.

 

Jean Lavoué, texte écrit pour Mystérieuse Espérance ci-dessus

019 Paint

020 Paint

 

 

 

 

 

 

023 Paint

 

029 Paint

 

 

 

 

 

 

 

031 Paint

035 Paint

 

 

 

 

 

 

037 Paint

 

036 Paint

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Dans ce jardin"

Poèmes de Jean Lavoué, enrichi d'une eau-forte et d'une typographie au plomb de M.F. Hachet - de Salins et de 14 photographies en noir et blanc, extraits de mon Chemin de Croix réalisé en 2007 à travers 14 eaux-fortes.

Tirage en 10 exemplaires sur Canson, composé en Garamond, taille 8.

Livres signés et numérotés.

Achevé d'imprimer le 15 octobre 2012

 

038 Paint

041 Paint

 

 

 

 

 

 

 

045 Paint

 

 

 

 

046 Paint

 

 

048 Paint

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"L'infini à fleur de peau"

Texte de Philippe Mac Leod, enrichi d'une eau-forte et d'une typographie au plomb de M.F. Hachet - de Salins et de 5 photographies en noir et blanc.

Tirage en 15 exemplaires sur Canson 250 grs et Arches 300 grs, composé en Garamond, taille 18.

Livres signés et numérotés.

Achevé d'imprimer le 24 novembre 2012

 

 023 PAINT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   017 PAINT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                              Sachets qui contiennent le précieux livre

037 Paint

028 Paint

 

 

 

 

 

 

029 PAINT

 

 

034 PAINT

 

 

 

 

 

038 PAINT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Fugitives Epiphanies"

Texte du Frère Gilles Baudry de l' Abbaye St Gwénolé de Landévennec, enrichi d'une pointe sèche et d'une typographie au plomb de M.F. Hachet - de Salins et de 4 photographies en noir et blanc.

Tirage en 1 exemplaires sur Canson 250 grs et BFK Rives, composé en Garamond, taille 18.

Livres signés et numérotés.

Achevé d'imprimer le 15 mai 2014

 

Les bourgeons deviendront cerises 2 PAINT

Les bourgeons deviendront cerises 3 PAINT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les bourgeons deviendront cerises 4PAINT

 

 

 

 

 

 

Les bourgeons deviendront cerises PAINT

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 2 décembre 2014

Un regard croisé entre des élèves de 5ème du Collège Saint Félix de Kerlois d’Hennebont, leur Professeur de Français Mme Florence Houssais et mon travail de graveur....

 

Posté par lesnotesdart